Médail F. & Véla E., 2020. Flore et végétation vasculaires de l’archipel de Zembra (Tunisie nord-orientale). Note naturaliste PIM, Marseille : 67 p.

Auteurs : Médail F., Véla E.

Année : 2020

Ile : Zembra

Pays : Tunisie

Ce rapport présente le résultat des prospections botaniques et phytoécologiques réalisées au printemps 2019 sur l’île de Zembra et sur certains des îlots de l’archipel, dans le cadre d’une mission de l’Initiative PIM (Petites îles de Méditerranée). Ce travail comprend aussi le bilan des végétaux vasculaires observés à ce jour par les différentes missions conduites depuis la fin du XIXe siècle sur les cinq îles ou îlots de l’archipel qui sont classés en tant que Parc national. Sur l’île de Zembra, la synthèse des données floristiques disponibles montre que 314 taxons (végétaux vasculaires au rang d’espèces ou de sous-espèces) ont été recensés au total, mais la richesse floristique actuelle (observations postérieures à
l’an 2000) ne s’élève qu’à 255 taxons, dont 240 indigènes et 15 exotiques. La mission PIM d’avril 2019 a permis d’identifier 196 taxons et de découvrir 21 taxons nouveaux pour l’île de Zembra, dont trois nouvellement signalés pour la Tunisie. Sur l’île de Zembretta, la richesse floristique totale s’élève à 70 taxons, mais seuls 62 taxons ont été observés depuis l’an 2000 dont plusieurs taxons indigènes non encore signalés sur l’île principale de Zembra. Les îlots de La Cathédrale et de Zembrettina abritent aussi plusieurs végétaux remarquables, notamment le premier îlot mais son inaccessibilité empêche un inventaire complet. Toutes ces données montrent le grand intérêt et l’originalité floristique de l’archipel de Zembra, tant sur le plan
biogéographique, écologique que patrimonial. En effet, il existe bon nombre d’espèces endémiques, très rares en Tunisie ou au Maghreb, dont deux ont leur unique population d’Afrique du Nord au sein de cet archipel (Asplenium balearicum, Galium minutulum). Les liens biogéographiques avec la Sicile rendent compte d’anciennes connexions biogéographiques via un “pont siculo-tunisien”. Ces liens sont attestés par la présence à Zembra de plusieurs végétaux endémiques dont la
distribution est partagée avec la Sicile (Allium cf. lehmannii, Filago lojaconoi, Iberis semperflorens, Jacobaea maritima subsp. sicula). La première analyse des grands types de végétation (au niveau de l’alliance phytosociologique) montre leur forte diversité
et l’unicité (synendémisme) de plusieurs de ces communautés végétales, notamment les groupements de rochers et falaises. L’intérêt floristique des petites pelouses sablonneuses temporairement humides est aussi à souligner. Du fait de toutes ces originalités, l’archipel de Zembra représente donc à l’échelle de la Tunisie un point-chaud local (nanohotspot) pour la flore vasculaire et une zone importante pour les plantes (IPA) à l’échelle de l’Afrique du Nord.

This report includes the results of a botanical and phytoecological survey carried out in spring 2019 on the island of Zembra and on some of the islets of this archipelago, as part of a mission of the PIM Initiative (International NGO for Mediterranean Small Islands). This work includes the checklists of the vascular plants observed to date by the various missions conducted since the first explorations of the end of the 19th century on the five islands or islets of the archipelago
included within a National Park. On the island of Zembra, the synthesis of the available floristic data indicates that 314 taxa (vascular plants at the rank of
species or subspecies) have been identified in total, but the current floristic richness (observations after the year 2000) corresponds to only 255 taxa, including 240 native and 15 exotic plants. During the PIM mission in April 2019, 196 taxa have been identified and 21 taxa are new for the island of Zembra, including three newly reported taxa for Tunisia. On Zembretta Island, the total richness of flora amounts to 70 taxa, but only 62 taxa have been observed since the year 2000, including several native taxa not yet reported on the main island of Zembra.
The islets of La Cathédrale and Zembrettina comprise also several remarkable plants, notably the first islet, but its inaccessibility prevents yet a complete inventory.
All these data point out the great botanical interest and the originality of the flora of the Zembra archipelago, in terms of biogeography, ecology and patrimonial value. Indeed, there are many endemic species, very rare in Tunisia or in North Africa, two of which having their unique population in the Maghreb (Asplenium balearicum, Galium minutulum). Biogeographic links with Sicily reflect ancient biogeographic connections via a “Siculo-Tunisian bridge”. These links are attested by the presence in Zembra of several endemic plants whose distribution is shared with Sicily (Allium cf. lehmannii, Filago lojaconoi, Iberis semperflorens, Jacobaea maritima subsp. sicula). The first analysis of the major vegetation types (at the level of the phytosociological alliance) shows their high diversity
and the uniqueness (synendemism) of several of these plant communities, in particular the plant communities located on rocks and cliffs. The floristic interest of small temporarily moist sandy lawns should also be emphasized. The Zembra archipelago therefore represents a local hotspot (nano-hotspot) for the vascular flora on the scale of Tunisia, and also an Important Plant Area (IPA) for North Africa.